#L'actualité du CBD

Le CBG, qu’est-ce que c’est ?

Le CBG, qu’est-ce que c’est ?

Encore en 2022, le cannabigérol (CBG) ne fait pas partie des cannabinoïdes les plus connus sur le marché. Paradoxalement, il y a de fortes chances que vous lisiez ces lignes en raison de l’attention que lui porte actuellement le grand public. Et cela à juste titre puisque le CBG est l’un des composés uniques de la plante de cannabis qui mérite à être connu ! Malgré ses très faibles concentrations dans la plante de cannabis, tous les cannabinoïdes majeurs et mineurs n’existeraient pas sans le CBG. Mais à mesure que les huiles de CBG dérivées du chanvre deviennent courantes, le débat CBG vs CBD émerge. Qu’est-ce que le CBG ? Est-il similaire au CBD ? Quels sont les avantages potentiels des produits dont il entre dans la composition ? Afin de tenter de répondre à toutes ces questions et bien d’autres, nous détaillons ci-dessous ce qu’est le CBG. De sa découverte à ses définitions, ses méthodes d’extraction ou encore ses bienfaits, découvrez tout ce qu’il vous est essentiel de savoir sur cet or de la nature aux multiples spécificités.

Comme le THC, nous connaissons le CBG depuis les années 1960. Mais en raison des restrictions mondiales sur la recherche et la possession, les études sur ce cannabinoïde se font rares. Sur le papier, le CBG est similaire au CBD à bien des égards, le plus important étant l’absence d’intoxication. Et comme le CBD, les vendeurs peuvent isoler le CBG en utilisant les mêmes méthodes propres et fiables que son homologue plus populaire. Malgré cette absence de tests scientifiques, il existe quelques éléments-clés que nous connaissons comme ses origines, ses propriétés uniques et ses avantages potentiels.

Le CBG est le « cannabinoïde des cellules souches ».

Tout comme les cellules-souches sont les précurseurs de toutes les autres cellules du corps, le CBG fonctionne de la même manière.

Selon PR Newswire, « le CBG est l’élément principal à partir duquel les autres cannabinoïdes sont créés, d’où son appellation de « cellule-souche ». Puisque tous les cannabinoïdes commencent sous forme de CBG, vous trouverez des concentrations plus élevées dans les jeunes plants de cannabis.

À l’âge adulte, la plupart des plantes de cannabis contiennent de très faibles niveaux de CBG, environ 1 %, bien loin derrière le taux de CBD vous en conviendrez. Récemment, certains cultivateurs de chanvre ont commencé à faire des cultures sélectives pour obtenir des rendements plus élevés de cannabigérol, créant ainsi des concentrations plus élevées dans les souches résultantes.

Comme tous les cannabinoïdes, les plantes de cannabis contiennent du CBG sous une forme acide inerte appelée acide cannabigérolique (CBGA). De même, le THC et le CBD se présentent au départ sous forme d’acide tétrahydrocannabinolique (THCA) et d’acide cannabidiolique (CBDA). L’application de chaleur déclenche un processus appelé « décarboxylation », qui élimine l’acidité et transforme l’AGCB en CBG actif.

Comment le CBG est-il fabriqué ?

Le CBG est fabriqué de la même manière que les extraits de cannabis classiques. La seule différence est que les producteurs se concentrent sur le cannabigérol au lieu du THC ou du CBD. Certaines de ces méthodes sont meilleures (et plus anciennes) que d’autres, c’est pourquoi il est essentiel de comprendre les différences et l’impact qu’elles peuvent avoir sur le produit, sans parler de votre santé.

Fabrication de CBG : l’extraction aux hydrocarbures

L’extraction aux hydrocarbures (butane) est la norme pour les concentrés de cannabis à forte teneur en THC, comme l’huile de haschich au butane (BHO). Cependant, elle n’est pas nécessaire pour les huiles ordinaires, qu’elles soient dérivées du chanvre ou non. Les vendeurs d’huile de chanvre réputés n’utilisent normalement pas d’hydrocarbure en raison des préoccupations concernant les traces de solvants.

Les clients informés comprennent également les risques et évitent les produits comme la peste.

Fabrication de CBG : l’extraction à l’alcool

Comme son nom l’indique, l’alcool est un autre moyen de séparer le CBG du matériel végétal. Cependant et à l’instar des méthodes à base d’hydrocarbures, l’alcool peut également laisser des traces de solvants. Même si les fabricants compétents peuvent filtrer correctement ces traces pour les ramener à des niveaux sûrs (avec des rapports de laboratoire pour le prouver), ce n’est toujours pas l’option la plus propre qui soit.

Fabrication de CBG : l’extraction au CO2

L’extraction au dioxyde de carbone est la meilleure façon de produire de l’huile CBG ou tout autre extrait de cannabis. Contrairement à la séparation des hydrocarbures et de l’alcool, le CO2 se filtre naturellement au cours du processus de séparation.

Par conséquent, il n’y a aucun risque de présence de traces de solvants dans le produit final. En prime, l’extraction au CO2 à basse température offre également les meilleures performances en matière de rétention des terpènes et des cannabinoïdes.

jeune pousse cannabis

Que disent les études récentes sur les bienfaits de la CBG ?

Comme pour la plupart des cannabinoïdes, la recherche sur le CBG n’en est qu’à ses débuts. Même si son existence est connue depuis environ un demi-siècle. Cependant, notre compréhension du système endocannabinoïde et du cannabis médical est limitée.

Néanmoins, des preuves préliminaires indiquent de nombreux effets thérapeutiques potentiels pour stopper les cellules cancéreuses, réduire les inflammations chroniques, traiter le glaucome, etc.

L’huile de CBG et d’autres produits CBG dérivés des plantes de chanvre pourraient également améliorer le bien-être général en tant que compléments alimentaires.

Le CBG dans le traitement des cancers

La communauté scientifique soupçonne depuis longtemps l’existence d’un lien entre le cannabis et la réduction du cancer. Les recherches ne sont pas encore concluantes, mais les données actuelles suggèrent que le CBG pourrait entraver la croissance des cellules cancéreuses.

Selon les auteurs d’une étude de 2021 publiée dans la National Library of Medicine, l’effet a été testé sur le glioblastome, le type le plus agressif de tumeur cérébrale primaire. Selon l’étude, les chercheurs ont testé individuellement le CBG et le CBD. Cependant, ils ont également essayé deux combinaisons.

La première était composée de CBG et de THC, tandis que leur deuxième formule mélangeait CBG et CBD. Les observateurs ont remarqué que la CBG favorisait la mort cellulaire et réduisait les tendances invasives de l’affection. Ils ont également rappelé que le CBG n’est pas intoxicant, contrairement au THC.

Le CBG dans le traitement des inflammations

Le CBD est connu pour ses propriétés anti-inflammatoires, mais le CBG fait-il de même ?

Une étude de 2013 a examiné les avantages potentiels du cannabigérol contre les maladies inflammatoires expérimentales de l’intestin. Plus précisément, celle-ci a examiné des souris atteintes de colite. L’étude a noté que le CBG interagit avec les récepteurs endocannabinoïdes CB2, ce qui a contribué à réduire l’inflammation et le stress oxydatif.

Une modification à la baisse de la production d’oxyde nitrique a également été notée. Cette observation est particulièrement révélatrice puisque la production d’oxyde nitrique est un signe de certains types d’inflammation.

Bien que nous ayons besoin de plus de recherches, ces données indiquent qu’il est un traitement potentiel pour les maladies inflammatoires de l’intestin et de la vessie.

Le CBG dans le traitement du glaucome

Le cannabis médical à forte teneur en THC est prescrit pour le glaucome (là où il est légal) depuis un certain temps. Mais une étude publiée en 1990 dans le Journal of Ocular Pharmacology and Therapeutics démontre que le CBG pourrait offrir des avantages similaires.

Les experts ont expérimenté séparément le THC et le CBG, en les administrant directement dans les yeux de sujets félins. Ils n’ont constaté qu’une légère amélioration avec le THC et le CBG seuls. Toutefois, les résultats étaient radicalement différents lorsque le THC et le CBG étaient combinés.

Les propriétés antibactériennes du CBG

Les inquiétudes concernant les bactéries résistantes aux antibiotiques font la une des journaux depuis un certain temps. Plusieurs médecins considérant cette tendance comme une menace grave qui peut entraver la médecine moderne.

Cependant, la plante de cannabis pourrait offrir un nouveau moyen de traiter les infections bactériennes. Une étude de 2008 publiée dans le Journal of Natural Products a examiné les effets de plusieurs cannabinoïdes sur les infections à staphylocoque résistant aux médicaments.

Selon la publication, « Les cinq principaux cannabinoïdes (cannabidiol), le cannabichromène, le cannabigérol, le tétrahydrocannabinol et le cannabinol ont montré une activité puissante contre une variété de souches de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline ». Néanmoins, nous aurons besoin de plus de recherches sur les plantes de cannabis avant que la communauté médicale n’envisage les cannabinoïdes pour traiter les infections bactériennes.

huile cbd consommee

Comment le CBG fonctionne et interagit avec nos récepteurs cannabinoïdes ?

Pour comprendre ce fonctionnement, nous devons parler du système endocannabinoïde (ECS) de l’organisme. Le cannabigérol est un exemple de phytocannabinoïde, faisant référence aux cannabinoïdes que l’on trouve exclusivement en dehors du corps humain.

Cependant, nous en avons aussi plusieurs, créés en interne, connus sous le nom d’endocannabinoïdes. Ces composés jouent un rôle crucial dans le maintien de l’homéostasie, un état d’équilibre interne. Lorsque quelque chose ne va pas, les endocannabinoïdes signalent à l’organisme de le corriger. Mais parfois, le système ECS a besoin d’une aide extérieure, et c’est là que les phytocannabinoïdes comme le CBD, le THC et le CBG interviennent.

Bien que les cannabinoïdes interagissent souvent avec d’autres récepteurs, les deux sur lesquels nous voulons nous concentrer sont les CB1 et CB2. Les récepteurs CB1 sont principalement situés dans le système nerveux central, tandis que les récepteurs CB2 se trouvent surtout dans les systèmes périphériques.

Le CBG vous fait-il planer ?

Non, le CBG ne vous fait pas planer. Comme le CBD, le cannabigérol n’a aucun effet psychoactif, du moins pas en matière d’intoxication. De nombreux cannabinoïdes se lient au CB1, mais le seul cannabinoïde qui se lie assez fortement pour vous faire planer est le THC.

Très simplement, le THC est le seul cannabinoïde connu pour provoquer une forte intoxication, le cannabinol (CBN) déclenchant des effets psychotropes plus légers.

CBD et CBG : quelles sont les différences et les similitudes ?

Les cannabinoïdes présentent des similitudes et des différences, le THC se distinguant par ses effets intoxicants inégalés. Mais pour le cannabis dérivé du chanvre, les amateurs de santé comparent les produits CBG et CBD, tous deux ayant beaucoup à offrir. Cependant, quel composé est le meilleur ? Quelles sont les différences notables ? Voici quelques similitudes et différences rapides entre le CBG et le CBD.

Les similitudes entre le CBD et le CBG

D’après les recherches, le CBG partage certaines similitudes notables avec le CBD.

En voici quelques-unes :

  • Anti-inflammatoire
  • Stimulation de l’appétit
  • Inhibition de la croissance des cellules cancéreuses
  • Augmentation de l’énergie et de la concentration
  • Antioxydant
  • Neuroprotecteur
  • Analgésique…

Les différences entre le CBD et le CBG

La liste des différences est un peu moins longue, mais ce n’est pas une surprise. La plupart des cannabinoïdes ont des effets qui se chevauchent sur le cerveau et le corps.

Voici quelques différences fondamentales entre le CBG et le CBD, le CBG servant de première source :

  • Puissance (le CBD semble être plus efficace)
  • Propriétés antibactériennes
  • Effets mentaux plus puissants que ceux du CBD
  • Plus faible pour les problèmes périphériques, comme la douleur

Comment utiliser le CBG dans votre vie quotidienne ?

Vous utilisez le CBG comme vous le feriez avec n’importe quel produit CBD, grâce à trois méthodes de consommation principales :

  • l’huile,
  • les édibles
  • ou les vapeurs.

L’huile et les edibles sont destinés à être ingérés sans que l’huile soit prise sous la langue avant d’être avalée. La vaporisation de CBG vous permet d’inhaler le produit, ce qui procure un soulagement presque immédiat. Sachez qu’il n’existe aucune directive concrète sur le dosage du CBG ou de tout autre cannabinoïde.

La meilleure approche est d’utiliser la « méthode du début et de la fin« . Commencez par la plus petite dose possible, puis augmentez-la progressivement sur plusieurs jours. Une fois que vous avez constaté les effets désirés, maintenez cette dose.

Le CBG est-il porteur d’effets secondaires ?

On ignore si le CBG a des effets secondaires. Une étude publiée en février 2021 dans le Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics évoque certains obstacles à la recherche sur les effets secondaires. Si vous désirez devenir consommateurs, surveillez les effets secondaires sur votre santé en vous rapprochant d’un professionnel de santé. Ne prenez jamais de CBG sans en parler d’abord à un médecin, par précaution.

En conclusion : le CBG est-il le nouveau CBD ?

Non, le CBG n’est pas le nouveau CBD, du moins pas encore. Le CBD fonctionne bien tout seul, mais le CBG semble avoir des avis mitigés, les utilisateurs disant souvent qu’ils doivent combiner le CBG avec le CBD ou le THC pour obtenir les meilleurs résultats.

Avec le temps, la manipulation génétique du chanvre industriel pour la production de CBG, ainsi qu’un regain d’intérêt, pourraient aider les vendeurs à affiner ces produits pour les rendre plus efficaces.